Sponser

« Non-Cohabitants », la solution pour faire durer le couple ?

Vivre à deux en couple, le quotidien
PUBLISHED: février 18, 2008

Couple non-cohabitant (CNC) est un terme de l’ined (Institut National d’Etudes Démographiques), qui représente les couples qui ont choisi de ne pas partager le même logement, et les chiffres sont en constantes augmentations depuis des années.

Une solution moderne à une réalité de notre temps.

Une forme nouvelle de résistance à la pente fatale et aux statistiques. plus de 150 000 divorces en moyenne sont prononcés chaque année (voir article à ce sujet ).
Un projet de réforme prévoit de simplifier les démarches. La rupture est banalisée, on parle désormais de vies «séquentielles». L’espérance de vie du couple ne cesse de diminuer.
Or ce n’est pas toujours l’amour qui est en question.

Et si le vieux schéma du domicile conjugal était tout simplement «has been»?

Anachronique, à une époque où le «je» n’a plus aucune raison de s’effacer devant le «nous».
Aujourd’hui, chacun reste soi-même, on se confronte dans ses différences. Et si c’est plus compliqué, tant pis! On invente.

L’amour est forcément une construction hors norme. Il s’étouffe dans des schémas imposés.
Il a besoin de «jeu», dans tous les sens du terme. D’un espace de respiration (parfois infime, symbolique) entre les 2 partenaires. Et de légèreté. Pour ne pas se vautrer l’un sur l’autre, déborder, se répandre et s’oublier, il est nécessaire de repenser la distance qui nous sépare et nous relie, à l’intérieur du couple. De la moduler. Et s’il faut se résoudre à séparer les corps, pourquoi pas?

Des couples célèbres aux fortes personnalités ont adopté ce style de vie avant nous

  • Sartre et Beauvoir,
  • Morgan et Oury,
  • Dutronc et Hardy

Même les enfants ont tout à gagner à ce choix plutôt mature.

Ils continuent ainsi à avoir leurs parents unis, avec qui ils partagent tous les grands moments (week-ends, vacances…) et qui leur offrent, en prime, 2 mondes, 2 modes de vie. Mais pas 1 semaine sur 2, comme le prévoit la résidence alternée qui les arrache régulièrement de chez l’un et de chez l’autre. Et où se sentent-ils vraiment chez eux?

Un luxe, vont hurler les rétractaires aux changements. Pas forcément beaucoup plus cher, en fait, qu’un bon divorce (faites le calcul).

Les motivations de ceux qui l’ont choisi

De toute façon, ce n’est pas non plus le choix de la facilité, reconnaissent ceux qui l’on fait.

  • C’est parfois épuisant (le mieux, c’est de prendre 2 lieux pas trop éloignés l’un de l’autre, pour que se voir ne devienne pas un périple ),
  • frustrant (il faut renoncer aux petits bonheurs des petits moments banals de tous les jours),
  • décevant (quand le rendez-vous que l’on attend comme le grand soir s’achève en flop devant la télé)…
  • Mais c’est tellement plus exaltant que de sacrifier l’amour.

Oui, mais c’est dangereux, renchériront ceux qui n’osent pas essayer.

Comme si vivre ensemble était une manière de mieux tenir l’autre… Naïf. Car à vivre séparés, on entretient en outre un désir qui se nourrit lui aussi de distance, de manque. Et c’est encore le meilleur moyen de résister à la concurrence.
Les autres, de toute façon, n’ont jamais de mots assez forts pour vous mettre en garde contre un choix de vie qui n’est pas le leur. Qui les dérange, les trouble, les contrarie. Qui les remet en question, en réalité. Et c’est tant mieux pour tous.

Car tant qu’il est en question, l’amour reste en vie.

Dans le même sujet

5 commentaires sur “« Non-Cohabitants », la solution pour faire durer le couple ?

  1. janebella dit :

    dangereux et pas facile
    c’est dangereux car le non engagement est une des rançons de cette formule. Je l’ai vécue moi même pendant six ans. On ne partage que les bon moments mais ça n’empêche nullement au couple de s’user, il s’use plus lentement c’est tout. De plus au moment de la séparation on s’aperçoit que les liens sont faibles car ils n’ont pas été renforcés par la vie commune. Vivre ainsi c’est ne pas faire couple selon moi….

  2. trèslas dit :

    Vivre séparement pour se prése
    Le domicile conjugal après seize ans ça commence à me peser.
    Je ne souhaite pas divorcer, mais simplement me séparer et m’éloigner pour être enfin tranquille. Professionnel de santé libéral, je souhaite m’établir à 1000 km de ma famille qui me fatigue, mon épouse semble également éprouver de la lassitude et franchement je pense que c’est la meilleure solution.
    Maintenant , je souhaiterais aussi préparer cela dans les meilleures conditions.
    Quitte à revenir certains WE, mais là , je commence vraiment à fatiguer de jouer la comédie du bonheur alors que ce n’est pas vrai, ce mariage et cette cohabitation sous un même toît stérilise nos vies.

  3. Rola dit :

    Cherche couple ne vivant pas s
    Bonjour,
    Je suis journaliste télé et je cherche à interviewer un couple solide (marié ou pas), ayant décidé de ne pas habiter sous le même toit.
    Si c’est votre cas et que vous seriez d’accord pour témoigner et raconter votre histoire, merci de me contacter à l’adresse mail suivante :
    rola.reporter@gmail.com
    N’hésitez pas à me contacter en privé aussi, si vous avez besoin d’informations complémentaires.

  4. Andie dit :

    L’article est ancien, mais je commente tout de même…
    Après 4 mois de cohabitation (c’est peu, je sais), nous avons très vite remarqué avec mon ex que : 1. Les apparts parisiens sont trop petits ; 2. Nous avons tous les deux de très gros egos. Au bout de cette période sous le même toit, nous avons donc décidé de prendre deux appartements séparés. Tout se passait beaucoup mieux jusqu’à ce qu’il se rende compte que pour lui qui vient d’une famille très tradi, un couple, c’était une maison avec jardin, des enfants, un labrador, alors qu’à mes yeux, la non-cohabitation permettait d’obtenir un très bon équilibre entre le « je » et le « nous ». Si la non-cohabitation a fait du bien à notre couple, elle a aussi mis en évidence les différences dans notre vision du couple…

  5. Guest dit :

    Bonjour,
    Je suis journaliste pour un magazine de société diffusé sur NRJ12.
    Je recherche des personnes ayant envie de faire partager leur expérience en tant que couple non-cohabitant. Notre but est d’apporter un autre regard sur ce mode de vie souvent critiqué et ainsi faire prendre conscience que chacun trouve son bonheur à sa manière.

    Vous pouvez me joindre au 01 53 09 59 31 ou m’écrire à vfortuit@zed.

    Je vous remercie par avance pour vos réponses et vous souhaite encore plein de belles années.

    Pour en savoir plus : Clara et Christophe témoignent – Marie Claire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *