ConseilsSexo

Témoignage : Papillomavirus et conisation du col de l’utérus

Il y a déjà quelques temps, on expliquait comment on pouvait se retrouver porteuse du papillomavirus alors qu’on aurait été contaminée des années auparavant.
On avait promis de revenir avec les détails du traitement et surtout sur l’opération qui s’appelle conisation du col de l’utérus qui s’effectue sous anesthésie générale.

On va calmer sa honte, sa gêne tout de suite sur le sujet :

Cette opération est effectuée sur 25 000 femmes françaises par an ce qui fait plus de 480 femmes par semaine et conduit à une guérison dans 90 à 95% des cas.
On estime que 7 femmes sur 10 seront exposés au papillomavirus au cours de leur vie.
Le virus est généralement éliminé naturellement par l’organisme sauf dans 10% des cas.

Maintenant un vaccin existe qui doit être fait entre 11 et 14 ans même si on peut pousser jusqu’à 19 ans mais il faut que la patiente n’ait jamais eu de rapports sexuels.
Ce vaccin permet tout simplement le risque d’avoir un cancer de l’utérus = mortel. Avoir un vaccin contre un cancer, on n’est plus d’un et une à rêver d’en avoir pour d’autres typologies.

A écouter notre interview complète à une gynécologue sur le HPV

Donc revenons-en à notre conisation, ces 10% de femmes qui n’éliminent pas naturellement les lésions du HPV se verront proposer une conisation.
La conisation est une technique chirurgicale qui consiste à retirer la partie malade (infectée par le HPV) afin d’éviter que les lésions pré-cancéreuses n’évoluent vers un cancer.

Le but est d’effectuer l’ablation d’un fragment du col de l’utérus en forme de cône, d’où le nom de conisation.

Une opération qui peut faire un peu peur car elle n’est pas anodine en soit puisqu’elle nécessite une anesthésie générale et que le mot cancer est prononcé.

Concrètement ça se passe comment une conisation du col de l’utérus ?

Tout s’effectue en une journée à l’hôpital avec le même protocole qu’une opération sous anesthésie générale. La douche à la bétadine, une opération pas très longue (le plus long c’est l’attente avant et après l’opération), la salle de réveil et les heures qui suivent où l’on est bien fatigué.
Il est conseillé d’avoir quelqu’un pour être raccompagnée de l’hôpital et resté un peu avec vous le lendemain.

L’opération n’est pas douloureuse si ce n’est quelques saignements (restes de bétadine) les heures et le lendemain qui ont suivi. 15 jours après contrôle puis tous les 3 mois pendant 6 mois et ensuite tous les 6 mois pendant un an.
Si tout est ok, que les lésions ne sont pas revenues alors on peut revenir à un contrôle de frottis annuel classique.

Chaque année, le cancer du col de l’utérus touche 3 000 femmes et cause plus de 1 000 décès.

Plus de 31 000 lésions pré-cancéreuses sont également identifiées. Il s’agit du principal cancer dont le pronostic se dégrade en France, avec un taux de survie à 5 ans après le diagnostic en diminution (68% en 1989/91 à 64% en 2001/2004).

Or, ce cancer pourrait quasiment être éliminé grâce à deux leviers complémentaires :
– la vaccination
– et le dépistage par frottis, pour les femmes vaccinées ou non.

Pourtant, 40 % des femmes concernées ne réalisent pas de frottis tous les 3 ans !
Elles sont encore moins nombreuses au-delà de 50 ans et il est donc essentiel de rappeler que le dépistage du cancer du col de l’utérus doit se poursuivre jusqu’à la fin de sa vie.

Pour plus d’infos

Comments (16)

  1. Ça dépend de la profondeur de la zone infectée… il existe une première opération (sans anesthésie) où on va juste “brûler” la zone infectée en espérant que les cellules vont se régénérer sans le cancer. Par contre si c’est plus profond, là c’est la conisation dont parle l’article. J’ai subi les 2 sur 8 ans d’intervalle… depuis je surveille et surtout j’incite mes proches à faire des frottis, alors merci pour l’article !

  2. Bonjour,

    Suite à la détection d’un HPV grade 2, j’ai subi une conisation il y a deux mois et ça c’est bien passé 🙂

    Les douleurs post op sont proches de celles des règles très douloureuses, au bout de quatre/cinq jours je n’avais plus mal mais des douleurs en fin de journée (tiraillement, difficulté à marcher, se baisser), au bout de trois semaines, j’ai pu commencé à marcher plus de 30 min. Le médecin conseille 30 jours sans efforts physique (et sans porter de poids) et bien c’était nécessaire !
    Je confirme le témoignage de Charline, si les cellules ne sont pas trop développés, un traitement au laser peut être proposé.
    Le frottis est impératif ! Faites vous dépister ! ça peut toutes nous arriver, Je suis pourtant suivi tout les 6 mois par mon gynéco à cause d’un SPOK.
    Et surtout il faut sensibiliser les garçons, ils peuvent être porteurs sans le savoir et donc contaminer leur partenaire.

  3. De toute façon à ce jour plus de 95% de la population (hommes/femmes) est touchée par le (human) papilloma virus (HPV). Donc la seule prévention qui existe à ce jour c’est la vaccination des jeunes filles (pourquoi pas les jeunes garçons qui peuvent aussi développer un cancer de la verge par exemple?!). Certes le préservatif pourrait jouer un rôle mais dès qu’on l’arrêtera on s’expose fatalement au virus.

    Comme expliqué dans l’article la majorité des femmes élimine naturellement le virus. Et ne sappercoit même pas en avoir été porteuse.
    Une infime partie de ces femmes (dont je fais partie) le déclare.

    2014: Suite a une erruption de quelques boutons entre la vulve et l’anus je suis allée consulter, et ma gynéco a de suite mis en evidence une MST.
    Il s’agissait en fait de condylomes (petites verrues).
    Le frottis a confirmé son doute de HPV.
    Après une analyse des marqueurs du virus il a ete précisé que j’étais porteuse du HPV oncogène (cancérigène) .

    Pendant 2 ans RDV tous les 6 mois avec une gynéco plus spécialisée qui réalisait des colposcopie (injection d’un liquide coloré sur le col de l’utérus et analyse a la loupe pour voir s’il y a des lésions).
    Depuis 2014 je savais être porteuse de lésions de bas grade LSIL.

    Ces lésions sont a surveiller mais disparaissent généralement dans les 2 ans.
    Dans de rares cas elles s’aggravent d’où l’intérêt d’une surveillance régulière (lésions grade 2 et surtout le grade 3 =cancer).

    2016: Énième colposcopie et la gynéco spécialisée me dit que si cette fois ça n’a pas évolué on limitera les RDV. Que des la réception de la dernière biopsie (petits prélèvements de chair) elle me tiendra informée s’il y a un souci.

    A cette période j’ai perdu mon job de cadre commerciale et j’avais du mal a remonter la pente seyle avec les 2 enfants et puis je n’avais pas eu de nouvelles donc pour moi c’était OK . J’ai moins été “efficiente” sur le sujet dirons nous.

    Été 2018: je dois subir une opération (qui n’a rien a voir avec le HPV) et le chirurgien me demande les résultats des biopsies réalisées pour mon HPV.
    Résultats souvent envoyés aux médecins mais rarement aux patients (enfin dans mon cas).

    Je retourne donc a l’hôpital où j’étais suivie 2 ans avant et demande a voir récupérer les résultats envoyés à ma gynéco pcq j’en ai besoin.
    On m’annonce qu’elle est partie en retraite.
    Là, j’ai eu une illumination et j’ai demandé si elle avait bien reçu et surtout analysé mon dernier examen (celui de 2014 après lequel, sans nouvelles j’avais relâché pendant que c’était ok).
    Personne ne sait on envoi donc le dernier examen a mon médecin traitant, gynéco habituel.
    Elle m’appelle me disant que je dois refaire un examen rapidement car le dernier de 2 ans auparavant était toujours porteur de lésions bas grade.

    On a donc refait un simple frottis. Le HPV était toujours présents 2 ans après.
    Elle m’a donc envoyée voir un autre médecin/chirurgien pour entamer des séances de laser.

    Ce nouveau médecin me rappelle que je suis porteuse de LSIL depuis 4 ans maintenant.
    Me précise que les femmes éliminent ces lésions de bas grade naturellement en 2 ans logiquement.
    J’ai donc 2 ans en plus.
    Même sans être porteuse des lesions gradées 2, il estime que je suis dans cette phase du graphique. Que le laser sera inutile et que le virus ne disparaîtra pas, qu’il ne fera qu’evoluer.

    La conisation a donc été prescrite un mois après.
    Hier en fait

    Dec 2018: Conisation!
    Sur les lésions bas grade seule une anesthésie locale est pratiquée (quand il s’agit de moyen et haut grade la conisation est plus profonde et se fait avec un autre mode de prélèvement, donc anesthésie générale).
    J’ai été totalement consciente pendant les 15 min d’opération. Avant ça il injecte l’anesthésique et attend que ça fasse effet.
    Une fois le cône enlevé il coterise (brûlure de la plaie pour stopper les saignements. L’utérus est très vascularisé ça saigne beaucoup!)

    J’ai vu le cône enlevé. Un tout petit bout de chair qui part en analyse de lésions cancéreuses porebtiellemnt existantes qui n’auraient pas été décelées avec les biopsies.

    Après l’opération je me suis levée du brancard pour rejoindre la chambre et 30 min après j’étais partie de l’hôpital.
    Sans traitement ni anti douleur.

    Depuis hier je n’ai que des pertes rosâtres sans reelles douleurs, mais m’asseoir sur une chaise ou bien droite dans le canap est très inconfortable. Je me mets de côté et suis heureuse de ne pas être au bureau en ce moment !

    Par contre j’ai des brûlures quand j’urine (depuis aujourd’hui). Si ça continue je rappelerai l’hôpital demain.

    J’avoue flipper un. Peu de la perte d’eschare (croûte du col) dans 10 a 15 jours. Il paraît que ça peut beaucoup saigner…

    Sinon j’attends mon prochain RDV dans 1 mois pour contrôle et résultat de l’analyse du cône.

    On verra la suite. Mais en toute logique je n’aurai plus a m’inquiéter aussi régulièrement du développement potentiel de ce foutu cancer!

    Voilà je voulais partager mon expérience (je me suis emballée ) et rectifier ce qui est indiqué dans l’article. Rares sont les anesthésie générales.
    La conisation est considérée comme opération bénigne et se fait sous anesthésie locale dans la grande majorité des cas. Tout dépend du grade des lésions (2 ou 3) et donc fatalement de l’étendue de ces lésions.

    Bonne chance a toutes les Warriors qui comme moi sont seule face a cette merde. Et merci a ma copine Lili d’être ma seule confidente ! Je t’aime d’amour copine. T’es comme une sœur pour moi .

    • bonjour Van
      merci pour ce témoignage …je vais devoir subir une conisation justement et c’est bien d’avoir pu vous lire
      comme vous dites warriors les femmes nous sommes bien obligé courage et bonne continuations

      • Bonjour,
        Je me joins à votre fil de discussion car c’est l’un des plus récents qu’on trouve sur le web au sujet de la conisation. Alors si mon témoignage peut rassurer certaines d’entres vous, je me suis promise de le faire après l’opération. Nadine, as-tu déjà eu ta conisation?
        La mienne a eu lieu hier. En septembre dernier, je fais un frottis. N’ayant pas de retour de ma gynécologue, je pense que comme d’habitude, tout est ok…. non non non, une erreur de messagerie cryptée lui a fiat perdre des dossiers, et ce n’est que 5 mois plus tard qu’elle me convoque pour HSIL. HSIL c’est haut grade (douche froide), qui comprend les anciennes dénominations CIN2 et CIN3. A savoir une dysplasie, c’est à dire que des cellules ont déjà commencé leur évolution, avec un gros noyau, et une grosseur anarchique. CIN2 à ce que j’ai compris, cela signifie que la profondeur est impactée sur 2/3; CIN3 sur la totalité.
        A ce stade, je ne sais pas où je me situe, mais ça mue du boudin. DU coup, colposcopie chez ma gygy. Bon perso j’ai pas trouvé ça agréable, car avant la biospie, elle applique un liquide pour faire réagir les zones. J’avais le sentiment qu’elle s’était gourée pour des épices marocaines dans mon utérus. Mais bon. Tu repars après avec quelques spottings c’est tout. 2 semaines après j’ai le résultat: CIN2.
        L’un dans l’autre rien ne change, car CIN2 ou CIN3 c’est sur une conisation que j’ai été orientée.
        Celle -ci a eu lieu hier, et je voudrais partager mon expérience car si ça vous arrive : posez les bonnes questions, n’hésitez pas!
        Mon chirurgien, qui manie mieux le bistouri que la psychologie, me reçoit qq semaines avant. Il me dit ne pas refaire une colpo avant intervention. Là j’ai vraiment flippé. Je ne comprenanis pas pouquoi cela était contraire à tous les protocoles, et surtout je me demandais si cette économie était justifiée pour une mutilsation identique à toutes les lésions.
        Alors non, ce n’est pas une colposcopie au sens propre du terme. Mais il applique avant intervention un liquide pour identifier les zones, et atteindre une zone saine, sans pour autant détourer comme un furieux. Le savoir m’aurait éviter des nuits blanches (je devrais changer de chirurgien, mais j’ai plus le temps, on en a perdu assez comme ça etc etc).
        Les résultats sont en général dispos après 2 semaines. Si votre rendre vous post op se situe à 5 semaines, n’hésitez pas à demander à le décaler si possible. Pour moi, le stress d’attente n’est pas confortable, alors si on peut éviter…
        Pour l’intervention: c’est en déambulatoire. Alors, si on ne vous a pas posé la question: demandez si vous le souhaitez une chambre simple. On ne m’avait pas questionnée à ce sujet, et je peux vous dire qu’en arrivant dans la chambre, découvrir qu’il y a avait une autre personne, ça n’a pas calmé mes angoisses. J’avais essayé d’imaginé, pour me préparer, et je ne pensais pas un instant que ce genre d’interventions super intimes, avec les examens qui suivent, m’amènent là. Je me suis vraiment effondrée (une fois de plus…)
        EN fait je regrette la succession de faits maladroits dans cette histoire: le retard, les entretiens, les tests…
        Lors de l’entretien avec le chirurgien, mettez vous en condition. Le mien a été d’une grande brutalité. Préparez vosu à ce qu’il évoque tous vos antécédents familieux et persos. Et c’est vrai qu’au bout de plusieurs questions assez froides, j’ai pas pu me reetenir quand il a évoqué mes 3 FC, mon curetage, un avortement… Je cochais pas mal de cases dans un parcours douloureux, et il a pas pris de pincettes.
        Enfin, il a exigé un test de grossesse avant intervention. Je me fais opérer le vendredi, mais du lundi au jeudi soir, je suis en déplacement pro à l’étranger. Pas moyen de faire le test autrement que le vendredi précédent. Et bien quand il a appris ça il a refusé le test, m’obligeant en sortant de l’avion à sauter dans le labo le plus proche. Je me suis sentie humiliée, fatiguée… Comme si je m’étais éclatée avec mes 70 collègues pendant 4 jours. Je ne comprends toujours pas. Le test datait de 7 jours; stupide et humiliant. Bref, bref.
        AU retour, tout va bien. Un bonne fatigue, tant psychologique que physique. Mais pas trop de saignements. J’attends les résultats (“la pièce est envoyée pour analyse… La pièce, mon dieu que c’est laid), et la tombée de la cicatrisation (“des escarres”, c’est pas plus joli dans leur jargon)…
        N’hésitez pas non plus à évoquer un arrêt: idem, on m’a dit que j’en aurais un, mais quand je l’ai demandé avant de partir, on m’a dit que c’était trop tard. Ce n’est pas bien grave, j’irai voir mon médecin si je suis à plat lundi… Mais quand même, ce sont des choses qu’on peut programmer….
        Tout ça pour vous dire que je me suis posée pas mal de questions, que j’étais morte d’inquiétude, que je suis passée par des bonnes crises de nerfs féministes (pouquoi les femmes paient une fois de plus ce tribut, pourquoi la couverture vaccinale ne repose que sur les petites filles en france, alors que dans d’autres pays, elle couvre les garçons qui EUX aussi sont porteurs, etc etc).
        Le truc c’est que maintenant, le virus est là, et qu’on se contamine tous et toutes sans en entendre parler avant qu’il nous frappe.
        L’ai je transmis à mes filles? Je suis dingue de voir le peu de communication, et d’investigation (pas de typage du virus, car c’est payant, et de toute façon un des virus est là….??? Le vaccin ne couvre t’il pas d’autres souches? ). Pourquoi j’ai eu l’impression d’être honteuse, humiliée par moments, atteinte dans ma féminité, tout ça se bouscule…
        En tout cas, j’espère aider un peu les prochaines filles qui passeront par là. Si vous avez des questions, je peux partager mon expérience. J’espère que ça vous aidera à vous préparer au mieux à cette conisation.
        Bon courage à toutes, et plein de belles ondes pour ce parcours qui est le nôtre…

        • Merci à toi « l’esquisse » ton témoignage m’a fait beaucoup de bien.
          Je suis en attente de résultats d’une colposcopie après une opération datant de 4 ans. Ça revient. J’ai peur

  4. […] es contente de l’avoir détecté assez rapidement. Pour le soigner, tu vas devoir subir une opération au laser appelée conisation car le virus peut évoluer et se transformer en « fucking » cancer du col de […]

  5. Bonjour jai subis une conisation , jai des perte jaunâtre avec petite odeur.
    Pensez vous quil y a infection ?

  6. Bonjour,

    j ai subi une conisation le 15 novembre resultat le 20 decembre. Cela ne fait pas mal.. Par contre j ai beaucoup de mal a encaisser je n ai eu que 4 partenaires et j ai cette merde car je pense que c mon ex mari qui n a pas ete correct car j etais deja en cn3 donc je pense qu il faut du temps pour qu il avance ainsi enfin 3 ans car ma gygy que je vois tous les 6 mois ne m a pas fait de frottis car avant ils etaient toujours bon… j ai mille question puis je l attrapper ailleurs ect je ne vie plus que dans la peur … Je trouve qu on est pas assez informe pas du tout .. Je dors peu j ai peur je sais ce que veut dire la trouille au ventre et evidement j ai un test vih a faire cela va avec meme peur de faire cette prise de sang … et personne nous accompagne personne nous explique vraiment allez hop frottis pas bon biopsie pas bon consisation et un mois apres reponse PFff
    voila je vie sans vivre pour tant je vie une histoire exceptionnelle depuis un an , j ai un fils trop top des beaufils trop top bientot un bb mon compagnon va etre papi et malgre tout je deviens presque hypercondriaque… J avais juste beoin de temoigner

    • Coucou tout le monde,
      Enfin un forum avec des témoignages récents!!! J ai eu ma Conisation ce matin en anesthésie locale pour un CIn 3 de haut grade. La gyneco qui a fait l intervention m a dit que tout s était bien passé et qu elle avait pu retiré ce qu elle voulait (condylome plane, lésions ). Mais elle était pas très loquace et j ai oublié de lui poser les questions essentielles que je me posais grrrr
      Alors tout d abord vous croyez que je dois m inquiéter des résultats? Il y a toujours une possibilité qu on m annonce une mauvaise nouvelle avec la biopsie faite le jour de la Conisation?
      Elle m a aussi dit que mon prochain contrôle sera qu en juin donc dans 6 mois mais j ai lu sur bcp de forums que bcp on eu un contrôle aussi le mois suivant l Operation. Vous pensez que je devrais aussi prendre rdv?

      Bref que d attente et de questions sans réponses dans ce processus ….

      Merci pour vos réponses

      • Bonjour Sophie, hésite pas à appeler ta gynéco si tu as des questions. C’est normal. Elle a l’habitude, le sujet est pas évident.
        Statistiquement rares sont les fois où ça va au delà de la conisation. L’idéal serait de ne pas s’inquiéter jusqu’au prochain examen mais dans le doute tu peux rappeler ta gynéco 🙂

        • Merci Bridget pour ta réponse. Donc normalement il y a rarement de mauvais résultats avec le résultat de la biopsie de la Conisation n’est ce pas?
          Oui j essayerai effectivement de l appeler

  7. Bonjour a toutes ,

    Je viens partager mon expérience avec vous sur ce sujet.
    Suite à un frottis au mois de mai mon genycologue ma demander “par courrier ” de pratiquer une colposcopie suite à un résultat de frottis anormal : HSIL de haut grade …
    15 jours plus tard j’effectue la colposcopie et le medecin me precise qu’il ya bien des lésions et envoi un échantillon pour une biopsie . Hier j’ai vu mon genycologue pour les résultats et il m’explique en effet que je suis en HSIL de grade 3 . Une conistaion est à prévoir. Jai rendez-vous le 21 juillet afin de discuter avec mon genycologue et planifier l’intervention. Entre temps je demenage et pars en vacance , je me demande si je dois annuler mes vacances vu que je pars à 800km de mon domicile .
    J’ai aussi cru comprendre que lors de la conisation un échantillon sera envoyé en biopsie je me demande pourquoi ? Étant donner que je ne suis pas encore au stade cancer mais au en lesion précancéreuses pourquoi refaire une biopsie ? J’avoue que je stress énormément…Un grand merci pour vos réponses

    • Bonjour, la conisation est une opération de prévention. Retirer les cellules suspectes avant qu’éventuellement elles attaquent plus loin et de manière plus grave. Les médecins profitent de cette opération pour prélever d’autres cellules inaccessibles avec un frottis et vérifier que tout est vraiment. Personnellement je n’attendrais pas pour l’opération quitte à prendre rdv pour la conisation dans le nouveau lieu de résidence. Pour ce type de question, ne pas hésiter à demander plus de précisions à votre gynéco.

      • Salut,
        J avais des questions… J avais des lésions de bas grade il y a deux ans on m’a dit d attendre que ça pouvait partir seul… Deux ans plus tard lésion haut gradé. Je viens de faire une colposcopie.. j’ étais en projet bébé… Est ce que vous avez eu des soucis pour avoir bébé ? J en ai déjà une donc ça va mais j en souhaité un deuxième avec mon nouveau compagnon …
        Je suis tellement angoissé.. j’ai du mal a me détendre… On m’a dit dans tout les cas c’est confiscation… Je devrais avoir les résultats dans une semaine.

        Et suis je la seule à pas avoir eu mes règles suite a la conisation?

        Merci pour toutes vos réponses

Commenter ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.