Sponser

Témoignage : Papillomavirus et conisation du col de l’utérus

Conseils
PUBLISHED: octobre 22, 2017

Il y a déjà quelques temps, on expliquait comment on pouvait se retrouver porteuse du papillomavirus alors qu’on aurait été contaminée des années auparavant.
On avait promis de revenir avec les détails du traitement et surtout sur l’opération qui s’appelle conisation du col de l’utérus qui s’effectue sous anesthésie générale.

On va calmer sa honte, sa gêne tout de suite sur le sujet :

Cette opération est effectuée sur 25 000 femmes françaises par an ce qui fait plus de 480 femmes par semaine et conduit à une guérison dans 90 à 95% des cas.
On estime que 7 femmes sur 10 seront exposés au papillomavirus au cours de leur vie.
Le virus est généralement éliminé naturellement par l’organisme sauf dans 10% des cas.

Maintenant un vaccin existe qui doit être fait entre 11 et 14 ans même si on peut pousser jusqu’à 19 ans mais il faut que la patiente n’ait jamais eu de rapports sexuels.
Ce vaccin permet tout simplement le risque d’avoir un cancer de l’utérus = mortel. Avoir un vaccin contre un cancer, on n’est plus d’un et une à rêver d’en avoir pour d’autres typologies.

Donc revenons-en à notre conisation, ces 10% de femmes qui n’éliminent pas naturellement les lésions du HPV se verront proposer une conisation.
La conisation est une technique chirurgicale qui consiste à retirer la partie malade (infectée par le HPV) afin d’éviter que les lésions pré-cancéreuses n’évoluent vers un cancer.

Le but est d’effectuer l’ablation d’un fragment du col de l’utérus en forme de cône, d’où le nom de conisation.

Une opération qui peut faire un peu peur car elle n’est pas anodine en soit puisqu’elle nécessite une anesthésie générale et que le mot cancer est prononcé.

Concrêtement ça se passe comment une conisation du col de l’utérus ?

Tout s’effectue en une journée à l’hôpital avec le même protocole qu’une opération sous anesthésie générale. La douche à la bétadine, une opération pas très longue (le plus long c’est l’attente avant et après l’opération), la salle de réveil et les heures qui suivent où l’on est bien fatigué.
Il est conseillé d’avoir quelqu’un pour être raccompagnée de l’hôpital et resté un peu avec vous le lendemain.

L’opération n’est pas douloureuse si ce n’est quelques saignements (restes de bétadine) les heures et le lendemain qui ont suivi. 15 jours après contrôle puis tous les 3 mois pendant 6 mois et ensuite tous les 6 mois pendant un an.
Si tout est ok, que les lésions ne sont pas revenues alors on peut revenir à un contrôle de frottis annuel classique.

Chaque année, le cancer du col de l’utérus touche 3 000 femmes et cause plus de 1 000 décès.

Plus de 31 000 lésions pré-cancéreuses sont également identifiées. Il s’agit du principal cancer dont le pronostic se dégrade en France, avec un taux de survie à 5 ans après le diagnostic en diminution (68% en 1989/91 à 64% en 2001/2004).

Or, ce cancer pourrait quasiment être éliminé grâce à deux leviers complémentaires :
– la vaccination
– et le dépistage par frottis, pour les femmes vaccinées ou non.

Pourtant, 40 % des femmes concernées ne réalisent pas de frottis tous les 3 ans !
Elles sont encore moins nombreuses au-delà de 50 ans et il est donc essentiel de rappeler que le dépistage du cancer du col de l’utérus doit se poursuivre jusqu’à la fin de sa vie.

Pour plus d’infos

Dans le même sujet

2 commentaires sur “Témoignage : Papillomavirus et conisation du col de l’utérus

  1. Charline dit :

    Ça dépend de la profondeur de la zone infectée… il existe une première opération (sans anesthésie) où on va juste « brûler » la zone infectée en espérant que les cellules vont se régénérer sans le cancer. Par contre si c’est plus profond, là c’est la conisation dont parle l’article. J’ai subi les 2 sur 8 ans d’intervalle… depuis je surveille et surtout j’incite mes proches à faire des frottis, alors merci pour l’article !

    1. Bridget dit :

      Merci pour ton témoignage et les précisions Charline.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *