Sexo

30% des spectateurs de porno gay sont des femmes

Mis à jour le

Depuis le temps que nos amis gay nous en parlent, il est temps de publier quelques chose. Ce titre volontairement accrocheur et vrai pour vous parler plus globalement du porno.
Il y a 8 ans, on vous partageait un article plutôt drôle sur les signes qui montrent que votre partenaire a visiblement abusé des sites porno.

Partagé par Marc Dorcel entre autres, cet article plait toujours autant et on ne changerait rien ou presque 8 ans après. Depuis, on a fait d’autres rencontres et un peu plus bossé le sujet.

Tous les ans il y a les chiffres de plus en plus impressionnants qui donnent le tourni :

Sur l’ensemble de l’année, Pornhub (un des leaders du porno en ligne) compte 33,5 milliards de visiteurs à travers le monde, soit une augmentation de 5 milliards par rapport à l’année précédente.

En moyenne, ce sont donc 92 millions de personnes qui passent sur les pages du site tous les jours. Si on additionne avec tous les autres sites pornos, le nombre devient déstabilisant.

Puis récemment on a regardé un documentaire Netflix Hot Girls Wanted qui nous montre les coulisses des actrices porno recrutées sur craiglist (leboncoin américain) aux Etats Unis. A voir pour mieux comprendre les coulisses de cette monstreuse industrie.

On découvre la durée extrêmement courte (quelques mois) de carrière pour ces actrices d’à peine 18 ans.

Les pratiques et rubriques les plus souvent regardées comme “teens” qui est une des rubriques les plus consultées au monde. Sans parler des catégories où la femme est littéralement souillée  : avec des fellations forcées jusqu’au vomi ou encore des scènes où on leur demande de lécher le sperme de dizaines d’hommes qui ont éjaculé autour d’elle juste avant.

Comment voulez vous être excitée par cela quand on est une femme ? On comprend ainsi mieux que les femmes trouvent plus d’envie chez certains films porno gays où il y aurait plus de respect envers l’homme.

Bande annonce du documentaire Hot Girls Wanted sur Netflix

Puis peu de temps après avoir vu ce documentaire édifiant, il y a eu l’épisode du très bon podcast Les Couilles sur la Table où Victoire reçoit Robin d’Angelo, journaliste indépendant de 32 ans qui a infiltré le porno amateur pendant un an pour son enquête.
De cette année, il a publié le livre Judy, Lola, Sofia et moi aux Editions de la Goutte d’Or.

Lui-même consommateur de porno, il tente aussi dans cet épisode de réfléchir à sa propre pratique et partage les résultats de son introspection.
Pourquoi les pratiques représentées sont-elles très souvent violentes – humiliations, insultes, douleurs ?
A écouter ci-dessous

Le podcast Les Couilles sur la table

Peut-être qu’il y a des choses qu’il ne faut jamais connaître ou alors accepter que le regard porté par beaucoup d’hommes sur les femmes et ce qui les excitent soit le reflet d’un malaise des rapports homme/femme dans notre société actuelle.

Et vous mesdames vous regardez du porno ? Vous confirmez l’étude ?

Personnellement, on en a parlé entre copines qui ont entre 25 et 44 ans et il semblerait qu’aucune ne regarde du porno qu’il soit gay ou autres.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.