Rencontre - Seduction - Drague

Jeanne : comment elle a appris à vivre avec son 85F

Récemment, alors qu’on reparlait de Celui qui n’aime pas les gros seins autour d’un mojito, Jeanne dont je n’avais pas remarqué sa poitrine généreuse a commencé à nous parler des différents problèmes qu’elle a pu rencontré avec la sienne notamment pour trouver sa taille de soutien-gorge.
Une autre qui avait travaillé dans un magasin de lingerie nous apprenait que 80% des femmes portent un soutien-gorge de taille inadaptée à leurs mensurations.
Et c’est comme ça qu’elle a accepté de nous donner son long et précieux témoignage.
Jeanne a donc 33 ans, porte du 38 en jean et un très généreux 85F.

J’ai commencé à avoir « des seins » très jeune, vers 10 ans.

A l’époque, la parole n’est pas très libre à la maison, personne ne m’en parle…
Un an plus tard, ma mère m’achète des brassières au supermarché. Ensuite, j’ai eu droit à quelques soutiens-gorge.

Note : depuis des supers brassières pour fortes poitrines comme celle de la marque française Mina Storm

Adolescente, j’avais plus de poitrine que mes copines : mes premiers soutiens-gorge faisaient du 85B, puis rapidement C.
Mais je me souviens avoir passé des années à tirer les baleines d’un côté puis de l’autre pour que tout rentre comme il faut…

soutien gorge gris porté sur une forte poitrine avec une baleine cassée

Personne ne m’a dit : tes soutiens-gorge ne sont pas à ta taille !

Ni mes proches, ni même les vendeuses de lingerie. Il faut dire que j’étais menue (1m69 pour 47 kg environ) et que mes seins étant plutôt larges, ça ne se voyait pas tellement « que j’avais de la poitrine », comme on dit…
Je me souviens même d’une vendeuse, à qui j’avais demandé à essayer du 85 D, qui m’a ri au nez et me répondant : « Ah non, vous, c’est maximum du C ».

Bien bien… Il faut dire aussi qu’à l’époque, il y avait beaucoup moins de choix au niveau des tailles, il me semble.
En tout cas, quand on ne regardait pas au « rayon grand-mère »…

Un jour, j’ai décidé de prendre les choses en main et de choisir des soutiens-gorge non pas en fonction de la largeur du dos mais de la profondeur des bonnets. J’ai testé un 95D. Au niveau des seins, parfait.
Au niveau du dos, beaucoup trop grand, évidemment. Donc j’ai plié le côté des accroches, avant la bretelle, et je l’ai cousu. Là, parfait !

J’ai donc compris qu’il fallait taper dans les tailles impossibles à trouver : le 85 D.

Entre temps, j’avais pris un peu de poids : à 25 ans, j’arrivais à 54 kg.
J’imagine que ça a joué dans la taille de mes seins… Je passais bientôt au 85 E. Encore plus compliqué.
Je me fournissais chez Princess Tam Tam : pendant des années, ça a été très bien : de jolies pièces modernes et à ma taille.
Sauf pour faire du sport : le Princess Tam Tam, ça ne soutient rien.

Et puis un jour, j’en ai eu marre de sentir mes seins ballotter, j’ai eu envie d’un vrai maintien. Je suis allée chez Princess Tam Tam et j’ai demandé la bouche en cœur le modèle qui soutient le mieux, en 85 E. Et là, la vendeuse m’a glissé à l’oreille : « Vous savez, si vous voulez du maintien, dans votre taille, il ne faut pas venir chez nous, allez voir chez Playtex ou Prima Donna ».

Le rayon grand-mère, quoi. Ca avait le mérite d’être clair… Adieu les jolis soutiens-gorge !

J’ai donc essayé un Prima Donna et pendant des années, je n’ai plus porté que ça. Alors oui, j’avais des soutifs de grand-mère, mais plus rien ne bougeait, j’avais un port de reine, je pouvais courir, sauter sans retenir mes seins avec le bras, et je n’ai plus jamais pu revenir en arrière.

Un bon maintien, c’est trop bien.

D’autant qu’avec l’âge, mes seins se sont -encore- alourdis et que je fais bien maintenant du 85 F. Oui madame.
Sauf que… ce sont des articles qui sont très chers (comptez 80 euros) et vraiment vraiment mamie-style…
Donc j’ai continué mes recherches de soutif idéal.

Un jour, de passage à Londres, j’ai remarqué que les Anglaises avaient plutôt beaucoup de poitrine, même si elles étaient fines. Et je me suis souvenue que pendant mes années Erasmus, j’avais trouvé sans difficulté ma taille chez les marques anglaises.

Je suis donc entrée dans un Marks & Spencer, et là : LE GRAAL.

Voir les modèles de Marks & Spencer
Des tas de soutifs en 85F (32F), entre 18 et 28 euros (gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiii) avec un peu de choix !!!!! Le maintien est excellent.
Comme ils ne sont pas chers, je n’hésite pas à les mettre en machine tout doux. J’ADORE.
Évidemment, chaque forme ne me va pas, mais c’est le cas pour toutes les marques.
Il m’arrive d’essayer 6 ou 7 modèles en 85F avant d’en trouver un dans lequel je me sens vraiment bien.

Par exemple, j’ai dit adieu au pigeonnant. Pour arrêter l’effet « ça ballotte », il faut un soutif qui couvre aussi le dessus du sein, ceux qu’on appelle les « emboîtants ».
Bon, ça n’empêche d’en avoir un plus sexy pour les soirées un peu spéciales, n’est-ce pas ?

J’essaie de choisir aussi des soutifs qui « remontent » les seins : c’est toujours plus joli que de les avoir au milieu du ventre… Les Marks and spencer à Paris sont bien moins fournis que les énormes magasins anglais mais je trouve quand même mon bonheur.

Marks and Spencer, je t’aime, merci.

Aujourd’hui, donc, je n’ai plus à remettre en place mon soutien-gorge toute la journée.

Pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un Marks and Spencer proche de chez eux, même si c’est pas pratique pour l’essayage, il y a une boutique en ligne.

Note des Bridgets : Le témoignage de Jeanne est tellement intéressant et conséquent qu’on a décidé d’en faire deux parties. La suite Vivre avec une grosse poitrine, astuces et conseils.

Comments (4)

  1. Je compatis totalement ! Et pourtant je ne fais qu’un 90D… Mais il faut savoir que dans la majorité des enseignes les soutiens gorges jolies et sexy s’arrêtent au bonnet C. Pour ne laisser que les soutiens gorge moches à grosses bretelles en mode mamie style aux poitrines généreuses.
    Et encore ça ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Jeanne ne parle pas (encore, peut être dans la 2ème partie) des problèmes pour trouver des robes ou des tee shirts qui soient cintrés sans que nos seins soient comprimés ou carrément ne rentrent pas. Maintes fois j’ai du abandonné l’idée d’acheter cette jolie robe dans laquelle que je n’étais pas à l’aise juste à cause de mes seins ! Il reste le choix ensuite de prendre des tailles plus grandes, mais dans ce cas d’avoir un vêtement informe. Beaucoup de femmes rêvent d’avoir de gros bonnet en vrai, ce n’est pas facile à porter au quotidien surtout quand on commence à avoir des douleurs dorsales. Bien souvent je regrette mon 90B.

  2. Perso, ma taille de bonnet monte jusque H!
    J’achète uniquement et exclusivement sur un site british: www. bravissimo.com

  3. 85F ici aussi pour un 36/38 en jeans… Les vendeuses ont beau essayé de me refiler du 90E à chaque fois en me disant : mais siii, vous allez voir, c’est pas si large… Eh bien ça ne marche pas !
    Il y a deux marques qui me vont super bien à des prix raisonnables : Simone Peyrelle (vive le magasin destock et les soldes) et Freya pour les maillots de bain

  4. Les seins sont bien souvent considérés comme le symbole de la féminité.
    Et pourtant, quand on a une grosse poitrine, finis les jolis soutiens gorges.
    Merci pour le tuyau des magasins anglais !

Commenter ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.