Psycho

Témoignage autisme : Margaux a découvert son syndrome d’asperger à 29 ans

Mis à jour le

L’autisme peut s’apparenter sous différentes formes selon les personnes. Margaux a découvert l’année dernière qu’elle était asperger du syndrome du même nom que le psychiatre qui la découvert.
Elle a répondu à toutes mes questions sur les symptômes, l’acceptation, le regard des autres, le quotidien.

L’échange audio avec Margaux qui nous parle de son syndrome d’asperger

Quels troubles autistiques a t-elle précisément ?

– 0 min 30 : Les stars qui avaient ou ont le syndrome d’Asperger
– 1 min 50 : Le déclic avec la bd : La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline
– 2min 30 : Quels sont les symptômes du syndrome d’asperger ?
Les interactions sociales, les codes socios

– 4min17 : l’impact sur sa vie du syndrome d’asperger dans les relations amicales, amoureuses, pro.
L’impossibilité de comprendre les sous entendus.
La maladresse
Les sens qui sont sur-développés.

– 5:54 : la similitude avec les hauts potentiels.
– 6:30 : le long délai pour établir des diagnostics dans les centres spécialisés (CRA)
– 7:20 : L’importance de trouver le bon psychiatre pour faire un diagnostic en dehors des CRA
– 8:30 : L’importance d’identifier l’autisme et ce que ça change
– 9:32 : L’entourage et les parents. Lente, souvent dans la lune, difficulté à faire du vélo et à nager.
– 10:33 : Les consultations psy, le test de QI
– 11:45 : La difficulté d’appeler sa autisme du fait que ça ne se voit pas
– 13min : Comment se comporter avec un autiste dans une relation ?
– 15min : La différence entre un haut potentiel et syndrome d’asperger
– 16:25 : Qu’est-ce qu’elle a mis en place
Suivi par un psychiatre, par un orthophoniste pour les problèmes d’oralité et le goût
– 19:20 : La difficulté de le voir et de l’accepter pour l’entourage. Et les femmes qui ont la faculté à se dissimuler dans la masse.
– 21:30 : Des groupes de rencontres entre personne qui ont le syndrome d’asperger
– 22:30 : Ce n’est pas maladie mais si considérer comme cela. C’est un handicap.

Le blog de Margaux pour la suivre et lui poser des questions : LafilleLunaire et son compte instagram : @lafillelunaire

Comments (5)

  1. Infirmier psy, je travaille tous les jours avec les Asperger. Je ne veux pas faire de portrait à charge mais cette demoiselle n’est pas autiste. Cela ressemble plus à un trouble de la personnalité (borderline ? histrionique?).
    Vouloir mettre un nom sur ses problèmes, c’est salvateur, surtout quand celui-ci se réfère à un haut potentiel… Je pense qu’elle a eu d’autres diagnostics dans sa vie, moins socialement acceptables (borderline, depression, bipolarité…). Et oui, ça fait mieux de dire qu’on est Asperger que bipolaire ou borderline. Il existe un diagnostic pour cette personne mais pas celui d’Asperger. Elle explique mal des symptômes que tout un chacun pourrait avoir. Un trouble de l’attention ok. Un mal être ok. Avec Asperger, elle a trouvé une raison à tous ses problèmes, c’est pratique…
    Je vois dans cette interview une auto-dramatisation, une théâtralité et une expression des émotions extravagante qui n’ont RIEN à voir avec l’Asperger.
    Asperger ce n’est pas ça : mutisme, incapacité d’empathie, routine quotidienne rythmée, interprétation littérale (et ça va bien au-delà de ne pas comprendre quand on vous drague) et souvent très haut potentiel… Ma question : vous a-t-elle regardé dans les yeux durant cette interview ?

  2. Pas convaincue par ce témoignage. D’ailleurs j’ai l’impression que la journaliste à des doutes aussi.
    Je suis Margot sur instagram. Très bonne photographe mais plus de mal avec sa personnalité autocentrée : depuis son diagnostic, multiplication des lives inutiles (sur elle, sa vie, son interieur) et autoportraits, création d’un blog plus sur elle et sa petite personne que sur asperger.
    Impression qu’elle s’invente un trouble et le met en scène. Dommage car beau travail artistique. Sa personnalité un peu narcissique/mégalo n’aide pas son travail de photographe. Dommage.

  3. Moi j’ai trouvé cette interview interessante… Les jugements portes sur cette jeune femme dans les commentaires précédents sont ridicules…
    Passez à autre chose je pense qu’elle n’a besoin ni de vos diagnostics en carton ni de vos commentaires sur la façon de gérer un Instagram…

  4. WithoutSleeping

    J’ai trouvé cette interview plutôt très bonne, mention spéciale à la qualité du système sonore utilisé pour l’enregistrement, le son est très bon.

    Contrairement aux commentaires qui précèdent le mien, je trouve le témoignage de Margaux très convainquant. Alors certes, elle ne mentionne pas les traits “génériques” de l’autisme en général et d’Asperger comme la routine ou le défaut d’empathie comme certains le lui reproche. Mais cela est très compréhensible…

    Étant moi aussi Asperger, et m’imaginant dans une situation d’interview, il est plutôt difficile de répondre à une question si vague et si vaste, des dizaines d’informations différentes parcourent la pensée à toute vitesse pour répondre à la question, le fait de se livrer soit même et la situation ajoute une forme de pression, et au final quand non géré, conditionne une réponse +/- pauvre en élément ou tout aussi vague que la question en elle même.

    D’autant plus que les différences d’un asperger à un autre sont très variées et souvent poussées aux extrêmes. Par exemple dans mon cas, mes capacités intellectuelles me permettent d’obtenir une forme d’empathie “pure” (selon mon psychiatre) hors j’ai un véritable défaut de compassion. L’empathie et la compassion étant deux choses bien distinctes à ne pas confondre.
    Cet exemple pour au final dire que les symptômes génériques peuvent aussi êtres faux dans certains cas.

    Je me retrouve dans de nombreuses choses dans le discours de Margaux, et oser prétendre ce qu’elle n’est pas ou peut être, est aussi remettre en cause l’avis de nombreux professionnels spécialisés dans le domaine. Et des professionnels elle en a vu et en voit encore ce que je trouve EXTREMEMENT courageux bien que je me questionne toutefois sur la réelle nécessitée d’en voir autant et sur des aspects aussi précis comme celui de l’orthophoniste.

    Bref, bon courage et bonne continuation à Margaux, merci pour ce témoignage.

  5. Bonjour, comme il a été dit dans le message précédent, je me retrouve énormément dans ce que Margaux dit dans l’interview (très bien mené par ailleurs). Il est intéressant de noter que beaucoup de personnes qui n’y connaissent rien (ou pas grand chose) se permettent de jugements de valeurs ou sur la personne. Moi par exemple, je me force à regarder les gens dans les yeux: ça me fatigue beaucoup mais cela me permet de passer pour un non-Asperger? Comme l’a dit Margaux, il est possible d’apprendre à reconnaître les codes sociaux, à se les approprier, à les utiliser pour donner cette impression de normalité. Bonne continuation

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.