Sponser

Joséphine, le film : c’est pire que ce qu’on imaginait

Films romantiques, sur le couple et le célibat
Mis à jour: septembre 27, 2017

Je l’avais annoncé en publiant la bande annonce sur notre page que le film Joséphine sentait la mauvaise et pâle copie de Bridget Jones. Mais quand même intriguée par le slogan « Maintenant la France a sa Bridget Jones », on ne pouvait pas refuser une avant-première afin de se faire notre propre avis.
Et mon dieu quel ennui, quelle déception !

Les affiches publicitaires annoncent la couleur, le réalisatrice n’est pas mise en avant. 

Sûrement parce que très peu d’entre nous connaissent Agnès Obadia. Après recherches, elle a réalisé « Romaine par moins 30 » qui a bien marché… au Québec .

Ne vous y trompez pas, les phrases de critiques pour vendre le film sont celles de la très bonne BD à l’origine du scénario. Alors que le film n’a pratiquement de la BD que le nom et c’est peut-être ce que nous avons le plus détesté.

L’esprit de la BD n’y est pas.

Le scénario a tenté de se rapprocher de la réalité tout en mettant des prothèses à Marilou Berry totalement incrédibles et disproportionnées.

 

Venons-en à Marilou Berry. Pourquoi elle ? Parce qu’elle s’appelle Berry et que c’est la fille de Josiane Balasko ? Toujours pas compris ce choix, le rôle est totalement surjoué. Mais peut-être parce qu’elle avoue n’avoir jamais entendu parler et lu le livre.
Là, où Bérengère Krief (rôle de la BFF) aurait certainement un peu plus relevé le niveau du film qui est proche du zéro.

Beaucoup de scènes incohérentes comme un soir où elle rentre bourrée et essaie de ne pas faire de bruit. Evidemment, elle garde ses talons alors que la première chose que l’on fait c’est les retirer dés qu’on en a l’occasion et surtout bourrée. Elle fait un bruit d’enfer et ne réveille personne, normal.

Oui le film était tellement passionnant que nous nous arrêtions sur ces détails.

On ne rit pas, on ne sourit pas, on ne ressent rien.

Bref on s’ennuie en allant voir Joséphine. Encore le mystère de ces productions françaises comme Un prince presque charmant dont on se demande souvent qui valide les financements ?

Quand on pense que la série Clara Sheller a été stoppé alors que si il y a bien une réussite dans l’esprit de Bridget Jones c’est celle-ci.

Joséphine au cinéma le 19 juin.

Dans le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *