Sponser

Le Stalker : attention au nouveau rôdeur 2.0

Rupture amoureuse, séparation, conseils
PUBLISHED: mars 7, 2011

Les pays anglo-saxons et surtout le web apportent leurs lots de nouveaux termes, qui n’ont pas encore forcément d’équivalent en français. On poke son sex friend sur facebook, on a sûrement un ami qui fait partie des boomerang kids ou bien encore vous avez peut-être déjà essayé le Vajazzling. Aujourd’hui, nous allons vous parlez du stalker!
Le stalker existait déjà en dehors du web, littéralement le rôdeur en français. Si on vous en parle aujourd’hui c’est parce qu’à cause/grâce au web son comportement est tout autre.

 

 

Qui n’a pas entendu parler d’une amie, d’une sœur ou encore qui n’a jamais vécu, le harcèlement d’un/une ex ou d’une âme éperdue qui ne sait comment vous conquérir?

Avant les réseaux sociaux voir Google, ils existaient déjà les rôdeurs, les harceleurs voir les psychopathes.

Vous savez le mec du village qui se ballade dans votre terrain pour vous mater à travers vos fenêtres.
Celui qui vous appelle à pas d’heure en ne disant rien au bout du téléphone voir vous insulte et vous assaille de mots salasses.
Celui qui vous fait flipper de prendre les transports ou le volant de votre voiture parce qu’il vous suit à vos moindres déplacements.

Bref le mec ou la nana pas trop stable qui fait soudain une fixation sur vous.

Et bien cela arrive aussi sur le web, on appelle ça un stalker et les réseaux sociaux sont une véritable mine d’or pour ces nouveaux rôdeurs 2.0.

Facebook, twitter, flickr ou encore picasa voir même votre blog perso sont des moyens de suivre votre vie.

Ils permettent de savoir votre humeur (bonheur, déprime…), chacun de vos faits et gestes à travers votre twitter, accompagné de l’inutile Foursquare qui indique votre emplacement exact.

Facebook est surement le pire de tous, avec par exemple:

– Le champ relation qui lui indique que vous avez retrouvé quelqu’un ou alors que vous êtes totalement libre d’être harcelée.
– Vos photos de soirées qui montrent que vous êtes finement accompagnée et plutôt heureuse.
– L’ajout de vos nouveaux amis qui sont d’éventuels concurrents auxquels il pourra par exemple envoyer des messages alors qu’en fait ce n’était juste qu’un contact pro.

Et depuis la dernière mise à jour de Facebook, une nouvelle fonctionnalité perverse qui n’a aucun intérêt : votre mur indique les derniers commentaires que vous avez laissé chez des amis qu’il ne connait même pas.

Donc tel un big brother (lisez ce célèbre exemple de la vie d’un homme qui a pu être retracée à travers le web), le stalker vous observe, vous épie depuis son ordinateur voir de son smartphone à toute heure et tout endroit.
Il sait à travers les événements que vous serez présent(e) à telle soirée, et que si elle veut vous croisez (par hasard) c’est ici qu’il faut qu’elle soit.

L’avantage de tous ces réseaux, c’est peut-être pour vous qui subissez l’espionnage d’un stalker, un moyen de savoir où il ne faut pas aller pour le croiser.(encore faut-il qu’il ne soit pas assez malin pour faire diversion).

Certes, nous avons tous un jour ou l’autre attisé notre curiosité en allant fouiner sur le profil d’un premier amour du collège ou un ex qui ne nous parle plus et dont nous aimerions avoir des news.

Mais ces habitudes peuvent vite devenir obsessionnelles, malsaines, mais surtout flippantes pour la personne qui se fait espionner.

Dans tous les cas, si vous voulez éviter la parano, et nous vous en parlions déjà il y a 2 ans, la meilleure solution est de limiter l’accès à vos profils, ou mieux encore de la/le supprimer de vos amis facebook. Mais surtout de contrôler un maximum vos informations personnelles sur le web en général.

Sachant que dans les amis facebook des Bridgets, vous êtes nombreux à nous donner accès à votre vie perso alors qu’en fait on ne se connait même pas?


Dans le même sujet :

10 raisons de ne pas s’incrire sur Facebook.
C’est quoi Facebook?
Le jour où j’ai supprimé Connard Suprême des mes amis Facebook

Dans le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *