Sponser

7 infos pour bien connaître et aimer nos petites lèvres

Conseils
PUBLISHED: avril 25, 2015

Contrairement aux hommes qui peuvent être amenés plus facilement à comparer leur sexe sous la douche ou ailleurs, nous les femmes c’est plus difficile.
Déjà parce que notre sexe est moins visible et qu’il est souvent dissimulé derrière une touffe de poils. Mais surtout parce que naturellement on ne se demande pas « Viens voir si toi aussi tes petites lèvres, elles sont comme moi ? »
Alors dans la culture populaire, il nous reste le porno pour voir à quoi ressemble en détails le sexe des autres femmes. Mais voilà les actrices sont entre autres castées pour ça et sinon elles ont (parfois) recours à la chirurgie appelée nymphoplastie ou labioplastie.

 

(Il y a eu le tableau de Courbet l’origine du monde mais encore une fois habillé de poils, et sinon récemment un artiste a eu la bonne idée de mouler 400 sexes de femmes ! On vous laisse apprécier un extrait avec la photo qui illustre l’article.

En attendant, voici quelques questions qui peuvent vous aider à vous sentir mieux avec vos petites lèvres (donc votre sexe) si ce n’est malheureusement pas encore le cas et les hommes à mieux connaitre le sexe des femmes :

– Je trouve mes petites lèvres trop grandes 

Les petites lèvres dépassent dans 8 cas sur 10 les grosses lèvres.

– De quelle couleur doivent être les petites lèvres ?

La couleur des petits lèvres n’est pas uniquement rose et uniforme mais peut comporter jusqu’à 50 nuances de couleurs (et pas que de gris) mais du rose et du noir. Elles peuvent même avoir des points noirs ou rouges, des zones plus claires ou plus pigmentées par endroit.

On comprend l’attrait de certains artistes pour cette partie du corps. Quelle palette de couleurs !

– J’ai une petite lèvre plus grande que l’autre ?

Les petites lèvres ne sont pas symétriques, il y a toujours une différence entre les deux lèvres comme pour les testicules d’un hommes ou encore les seins des femmes.

– Me masturber, trop toucher mes petites lèvres peut les déformer ?

Une légende datant du 18ème et venant de l’Eglise répandrait une idée fausse que si les petites lèvres dépasseraient les grandes lèvres se seraient dû à la masturbation.

Si l’aspect des lèvres est propre à chacune, il peut évoluer au cours de la vie, essentiellement sous l’action des hormones. Elles grandissent généralement au moment de la puberté, puis grossissent lors des grossesses (mais elles dégonflent après, d’où l’impression parfois que leur apparence a changé).
Avec la ménopause, les lèvres peuvent s’atrophier légèrement et être un peu moins gonflées. 

– L’excitation a t-elle un impact sur mes petites lèvres ?  

Les femmes qui se masturbent le savent, il y a un bien une déformation des petites lèvres sous l’effet de l’excitation sexuelle, les petites lèvres gonflent et se déplient (elle perdent leur aspect souvent « froissé » au repos) en raison de l’afflux de sang car elles contiennent des éléments érectiles, comme le sexe masculin.

Leur teinte peut aussi se foncer à ce moment-là et elles peuvent rester gonflées plusieurs minutes après la fin d’un rapport sexuel.

– Petites et grandes lèvres sont une zone érogène à part entière car elles sont très innervées

Même si les sensations sont généralement moins intenses qu’au niveau du clitoris. Elles peuvent donc aussi être caressées, massées, léchées… délicatement. 
Sous l’effet du plaisir, elles gonflent et l’intérieur des petites lèvres s’humidifie, formant un « vestibule » qui accueille le pénis et favorise la pénétration.
Elles ont donc un vrai rôle dans le plaisir sexuel.

– Y a t-il des risques de se faire opérer les petites lèvres ? 

L’opération qui consiste à réparer ou changer l’aspect des petites et grandes lèvres s’appelle la nymphoplastie.
Celle-ci peut avoir un but esthétique (par exemple réduire des lèvres qui dépassent) ou médical, par exemple après un accouchement traumatique ou si elles entraînent une gêne mécanique lors des rapports sexuels, des douleurs, des frottements et des irritations à la marche…

« Comme avec toute chirurgie, il peut y avoir un risque de séquelles douloureuses ou de pertes de sensations, au risque de diminuer le plaisir lors des rapports sexuels. Elle devrait donc être réservée aux cas médicaux et non aux demandes purement esthétiques.
L’essentiel c’est que les femmes aient une vulve fonctionnelle, qui leur apporte du plaisir. Bien souvent, cela suffit à faire oublier les complexes et les interrogations », conclut le Dr Mimoun.

Source 

Dans le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *